Home

Par Kevin MacDonald

Ricardo Duchesne est un brilliant sociologue canadien dont les travaux ont été discutés et cités à de nombreuses reprises sur le site The Occidental Observer. Duchesne, auteur de l’ouvrage The Uniqueness of Western Civilization (voir un résumé ici), a un article dans le Salisbury Review (“Multicultural Madness“) sur un des scandales des plus flagrants du régime multiculturaliste et anti-blanc présentement en œuvre au Canada. Voici quelques points à souligner :

Le multiculturalisme contient une négation en sa propre essence. Il protège le droit de groupe des populations non-occidentales tout en refusant la nation hôte occidentale l’exercice de ces droits de groupe à sa propre population. La culture de la population hôte est perçue comme étant un site neutre caractérisée par la disposition des droits individuels, qui s’appliquent à tous, et des droits des groupes, qui ne s’appliquent qu’aux populations non-blanches.

Les peuples fondateurs Anglais et Français sont mandatés d’être neutres au point de vue ethnique et d’être désintéressé au niveau historique; ce déracinement permet la défense de certaines valeurs rattachées à « l’humanité » toute entière.

Alors que les idéologues multiculturalistes reconnaissent implicitement que les minorités ont un fort sentiment d’attachement envers leurs origines ethniques, et que ceci démontre que les humains ont en effet un amour naturel envers leur héritage leur origine ethnique, ils appellent néanmoins aux groupes des populations blanches à devoir pratiquer une amnésie historique et prétendre qu’ils ne sont pas les créateurs des institutions canadiennes, des traditions parlementaires et de la Common Law. Le fait historique que le Canada ait été construit en tant qu’État-nation autour d’un noyau ethnique doit être mis de côté et caché aux étudiants.

Le manque de cohésion d’une culture nationale au Canada est démontrée comme un trait positif. L’héritage des Anglais et des Français n’équivaut à rien de plus qu’un ensemble de règles de procédures et de modèles institutionnels : l’économie de marché, l’égalité devant la loi, et une représentation démocratique qui appartient à tout le monde. Les minorités ethniques, quant à elles, défendent les traditions authentiques célébrées pour leurs couleurs et leurs vibrances.

Nos honorables élites travaillent fort à « exposer » les activités coloniales des premiers arrivants, la pratique de leur idéologie prônant la « suprématie blanche » pour construire l’État-nation, l’imposition de la taxe d’entrée pour les Chinois (Chinese Head Tax), leurs lois anti-migratoires en provenance d’Asie, et l’existence continuelle d’une « majorité historique dominante ». Nos élites se dépeignent en tant que libérateurs qui font ressortir des histoires oubliées et supprimés des minorités ethniques tout en apportant des corrections à « la mythologie » qui laisserait croire que ce sont les blancs qui ont construit le Canada.

La haine pour les Blancs qui poursuivaient leurs intérêts ethniques en construisant un Canada traditionnel est palpable. L’idéologue multiculturaliste, Prof.Henry Yu, reçoit d’importantes bourses afin d’entretenir sa haine (« Le Canada est ‘systématiquement raciste’ et doit assumer des réparations historiques par l’acceptation d’une immigration massive du monde non-occidental »). Évidemment, Yu ne mentionne jamais qu’il est lui-même en train de poursuivre des intérêts ethniques en faisant la promotion de son ethnie afin de remplacer le Canada « blanc ».

D’une manière très habile, Henry Yu ignore la très longue histoire de racisme et de discrimination contre les Chinois qui ne font pas partie du groupe ethnique Han en territoire chinois : « comment une personne peut-elle concevoir que l’immigration des Chinois Han au Canada est une magnifique action de diversité alors que la plupart de ces ‘migrants’ proviennent d’endroits où la diversité a été supprimée et que l’idéologie suprématiste des Han est officiellement sanctionnée? »

De manière analogue, tel que mentionné à plusieurs reprises sur l’Occidental Observer, les organisations juives et une majorité de Juifs ont été des ardents défenseurs du multiculturalisme et de l’immigration massive non-occidentale en Amérique du Nord et dans d’autres pays. En même temps, ces personnes ont entretenu un lien d’affection avec un État (Israël) qui a été modélisé afin de servir les intérêts de leur groupe ethnique tout en dissuadant l’immigration de non-Juifs.

Je ne peux qu’être d’accord avec la conclusion :

Pourquoi les blancs sont-ils le seul people de la planète duquel on s’attend à ce que la diversité et l’immigration massive soient acceptées? Pourquoi tout le monde suppose que la fierté, la loyauté et le sentiment d’affection avec l’héritage européen du Canada sont incompatibles avec les valeurs des démocraties libérales que les Européens ont développées?

Publicités

10 réflexions sur “Ricardo Duchesne : la folie multiculturelle

  1. « Pourquoi les blancs sont-ils le seul peuple de la planète duquel on s’attend à ce que la diversité et l’immigration massive soient acceptées? »
    Malheureusement il ne nous a pas été imposé tant que cela, je le crains. Au delà des dirigeants et de leur syndrome « Alexandre Le Grand », étrangement c’est au coeur de notre culture, en tout cas d’une certaine partie de notre culture, qu’il faut chercher.
    Tiré d’un entretien entre Bérard et Julien Freund :
    (…) il se pourrait bien que le masochisme européen ne soit qu’une ruse de l’orgueil occidental. Blâmer sa propre histoire, fustiger son identité, c’est encore affirmer sa supériorité dans le Bien. Jadis l’occidental assurait sa superbe au nom de son dieu ou au nom du progrès. Aujourd’hui il veut faire honte aux autres de leur fermeture, de leur intégrisme, de leur enracinement coupable et il exhibe sa contrition insolente comme preuve de sa bonne foi. Ce ne serait pas seulement la fatigue d’être soi que trahirait ce nihilisme contempteur mais plus certainement la volonté de demeurer le précepteur de l’humanité en payant d’abord de sa personne. Demeurer toujours exemplaire, s’affirmer comme l’unique producteur des normes, tel est son atavisme. Cette mélodie du métissage qu’il entonne incessamment, ce ne serait pas tant une complainte exténuée qu’un péan héroïque. La preuve ultime de sa supériorité quand, en effet, partout ailleurs, les autres érigent des barrières et renforcent les clôtures. L’occidental, lui, s’ouvre, se mélange, s’hybride dans l’euphorie et en tire l’argument de son règne sur ceux qui restent rivés à l’idolâtrie des origines. Ce ne serait ni par abnégation, ni même par résignation qu’il précipiterait sa propre déchéance mais pour se confondre enfin intégralement avec ce concept d’humanité qui a toujours été le motif privilégié de sa domination… Il y a beaucoup de cabotinage dans cet altruisme dévergondé et dominateur et c’est pourquoi le monde du spectacle y tient le premier rôle… »

    Je ne sais pas vous, mais moi, des comme ça, en France j’en connais des camions.

    • Kevin MacDonald affirme que c’est une stratégie d’évolution de groupe chez les européens qui les a conditionnés à accepter beaucoup plus facilement la vie en collectivité et les comportements altruistes en général (pour augmenter les chances de survie dans le contexte de climats rigoureux), contrairement aux peuples de l’Orient.

    • Je te suggère très fortement d’aller visionner ce vidéo de 8 minutes où un étudiant présente des théories sur la psychologie des groupes. Il évoque les raisons qui poussent les blancs à adopter un comportement si « ouvert » dans le contexte d’une culture dominante multiculturelle. Entre autres, il y a le phénomène de la comparaison du groupe où un individu va tenter de déclasser les gens autour de lui en étant plus intense dans la culture qui est suggérée (être encore plus anti-raciste que la moyenne, ce qui entraîne la dérive de l’ethnomasochisme).

  2. L’exaltation de la « race » n’est -elle pas à l’adulte ce que le stade anal est, chez l’enfant ?
    De même que ces derniers sont subjugués et/ou effrayés par leurs matières fécales,les premiers le sont tout autant par ce qu’ils perçoivent de leurs productions,l’immaturité de leurs pensées ne peut que conduire à des sursauts d’orgueil désuet .Le temps aidant, enfants grandissent,quand est-ce que les tenants de la chimère raciale décideront de sortir de leur période  » Peter Pan » ?

    • Derrière cette poésie fumeuse, je ne vois qu’une tentative bien maladroite pseudo-intellectuelle de vouloir décridibiliser les gens qui ressentent un sentiment d’appartenance ethnique/racial. Pourquoi vouloir accepter ce sentiment comme étant naturel pour les non-blancs et comme « irrationnel » ou « pathologique » chez les blancs?

  3. @ identitas,
    Bonsoir,
    Le sentiment d’appartenance est une chose,en faire une obsession en est une autre.Appréhender les phénomènes humains que sous l’angle ethnique est puérile ( bis repetita) .Pourquoi donc me faire dire ce que je n’ai pas dit à propos d’un déni d’acceptation ?
    Faut-il être aussi peut sur de soi pour vitupérer contre l’altérité ?
    Se peut-il que cette phobie auto-entretenue ( il faut bien se construire en opposition à quelque chose n’est-ce pas ?) ne soit qu’un symptôme d’un Occident sur le déclin ? Faut-il y voir le caprice de personnes qui encensent une civilisation qui domina le monde durant des siècles et qui n’acceptent pas le passage de relai ?

    • Et être obsédé par la survie de son groupe d’appartenance serait mal parce que…? L’histoire humaine est basée sur la volonté de survie du groupe, comme l’a démontré un historien dont j’oublie le nom, sur les 21 civilisations qu’il a étudiée, 19 sont disparues par « suicide », soi l’abandon de la conscience ethnique.

  4. Les peuples qui ne comportent que quelques milliers d’ämes peuvent ,eux,se faire du soucis pour leur avenir.
    Pourquoi donc se chercher des prétextes anxiogènes alors qu’il n’y a pas le « feu au lac » ( passez-moi l’expression),loin s’en faut d’ailleurs.
    Les occidentaux ont une trop haute opinion d’eux même ( pléonasme) pour se suicider consciemment,leur histoire passée et récente en atteste.
    Vouloir se croire en péril permet-il de se sentir exister ? De trouver un but et des objectifs ?
    S’inventer des danger n’est-il pas un luxe que les peuples véritablement en péril ne peuvent s’offrir,car trop préoccupé par leur avenir immédiat.

    La conscience éthnique ( culturelle ?) n’est qu’une partie de soi,vouloir en faire un paramètre nodal ne permet-il pas d’occulter les questions essentielles que sont la crises capitalistiques qui oppressent les peuples sans distinction,des bruits de bottes qui se font entendre du coté du Proche Orient avec un Sionistan toujours aussi hystérique prêt à mettre cette partie du monde à feu et à sang ,à des projets mondialistes qui veulent pour le coup araser les culture pour en faire des obligés du grand marché.Bref la question ethnique est « étrangement » utilisée par ceux qui ont intérêt à la division pour mieux assoir leur pouvoir ( ré-écouter à ce titre l’intervention de Copé sur le racisme anti-blanc).

  5. « Pourquoi donc se chercher des prétextes anxiogènes alors qu’il n’y a pas le “feu au lac”  »
    L’important ce n’est pas la chute c’est l’atterrissage ? Soit dit en passant personne n’a dit que les blancs allaient disparaitre. En attendant pourquoi lâcher du terrain ?

    « Vouloir se croire en péril permet-il de se sentir exister ? De trouver un but et des objectifs ? »
    Tu as dit toi même plus haut que nous étions décadents. Ce n’est donc pas tant que cela une vue de l’esprit.

    « La conscience ethnique ( culturelle ?) n’est qu’une partie de soi ».
    Je ne suis pas d’accord. Je crois au contraire qu’elle est au coeur de tout. Qu’elle est capable de prendre des formes surprenantes (Cuba qui vire « communiste » surement juste parce que c’est le seul moyen de résister au rouleau compresseur US, l’Irlande catholique pour résister à l’impérialisme Anglais, l’Islamisme ailleurs etc…). Et c’est aujourd’hui en particulier vrai dans les populations non occidentales. Pourquoi ce réflexe ailleurs et pas chez nous ? C’est toute la question. Le Japon tout aussi loin que nous du quotidien d’un somalien n’a pas ce problème non plus.
    Et pour finir sur ce que tu dis à la fin, si justement les occidentaux avaient plus conscience du fait racial qui transcende souvent tout, chaque parole, en particulier chez les juifs, prendre conscience de ces stratégies de survie de groupe, ils se laisseraient un peu moins bernés.

  6. N’est-il pas paradoxal voir marrant de lire et d’entendre les thuriféraires de la civilisation occidentale ,celle la même qui oxyde le monde en annihilant les civilisations humaines ( voir la disparitions des peuples Tasmaniens, Héréros ou Namas sans compter les Amérindiens etc.. ) et les espèces animales ,pratiquer l’inversion accusatoire en se faisant passer pour des victimes ? Mais il est vrai que notre époque s’y prête.
    Chaque civilisation naît ,vit et meure ,l’Oxydent veut entraîner dans sa mort le monde entier selon le principe « après moi le chaos »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s